Navigation – Plan du site

Traductions portugaises des Voyages extraordinaires de Jules Verne (1863-1905)

Ana Isabel Moniz et María-Pilar Tresaco

Résumés

L’Index Translationum publié par l'UNESCO classe Jules Verne comme l'un des auteurs le plus populaire au monde et l'un des cinq auteurs le plus traduit. Cette remarque nous invite à présenter ici l'accueil que le Portugal a réservé aux traductions des Voyages extraordinaires publiées au XIXe siècle. Nous avons mené nos recherches dans les fonds de la Bibliothèque Nationale du Portugal (BNP) et dans diverses bibliothèques universitaires. Nous y avons relevé une première liste des romans de Jules Verne publiés au Portugal, le nom des traducteurs, le nombre des éditions, la date de chacune d'entre elles ainsi que la présence ou l'absence d'illustrations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretien entre Marie A. Belloc et Jules Verne paru dans The Strand Magazine, vol. ix, en février 1 (...)

(…) Mme Verne attira mon attention sur de grands rayonnages remplis de livres apparemment tout neufs et très peu lus. Ici, observa-t-elle, il y a diverses éditions des livres de M. Verne, en français, allemand, portugais, néerlandais, suédois et russe, y compris une traduction en japonais et en arabe (…)1.

I. Introduction

1Dans sa production littéraire, Jules Verne construit habituellement ses récits de la façon suivante : dans un premier temps, il fixe son attention sur le contexte géographique (souvent exotique), historique et culturel, plongeant ainsi, d’après Régis Tettamanzi (2004), le lecteur à l'intérieur même du paysage. Dans un deuxième temps, l’auteur met en scène ses personnages et noue l'intrigue qu'il va développer tout au long du roman sans pour autant abandonner ses références scientifiques.

2Pour décrire le paysage avec plus de précisions, Jules Verne s'inspire des récits des explorateurs. L'utilisation de ces documents donne à ses textes une tournure scientifique que le style de Jules Verne sait doter d'une vie prodigieuse. C'est ainsi que les paysages acquièrent la même intensité que chacun des personnages du roman.

3Touche littéraire qui n'empêchera aucun de ses critiques de classer certains récits comme d'authentiques essais scientifiques.

4Dans un article publié dans la Revue Annuelle, Voyages, Explorations, Missions, (L'Année Géographique, 1873), le géographe Vivien de Saint-Martin reconnaît la contribution apportée par Jules Verne à la divulgation scientifique. L’année suivante, dans la section "Mathématiques" de cette même publication, Saint-Martin se réfère à l’étude « Les méridiens et le calendrier », de Jules Verne, en la classant également comme essai scientifique (Margot, 2004 : 35).

5D’autres auteurs contemporains, tels qu’Émile Zola, Théophile Gautier et Alphonse Daudet, reconnaissent aussi la valeur pédagogique, documentaire et encyclopédique des Voyages extraordinaires (Margot, 2004). De plus, la dimension prophétique de l'imaginaire vernien contribue à attirer l'attention du public et à diffuser son œuvre.

6Dans ce rapport nous nous proposons d'analyser l'impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le xixe siècle.

7Pour ce faire nous avons eu recours aux fonds de la Bibliothèque Nationale du Portugal (BNP), de la Bibliothèque Nationale de France (BNF), de la Bibliothèque Publique de Madère, de la Bibliothèque do Exército, des bibliothèques universitaires portugaises ainsi que des services de documentation de l’Université de Saragosse. Nous incluons la liste des romans que différentes maisons d’édition portugaises ont publiés, celle des traducteurs ainsi que le nombre d’éditions de chaque roman, indice objectif de leur succès.

8Le résultat des recherches que nous présentons dans cet article constitue une première approche, un point de départ pour mettre en évidence la présence de Jules Verne dans le Portugal du xixe siècle.

II. Les romans

9Pour poursuivre le but que nous nous proposons, nous avons commencé par répertorier les traductions des œuvres de Jules Verne au xixe siècle. Curieusement, et sauf omission de notre part, toutes les traductions que nous avons trouvées sont antérieures à 1895. A notre connaissance et jusqu'à preuve du contraire, il n'y aurait aucune trace de traductions postérieures à cette date dans les bibliothèques mentionnées.

10La grande édition traduite en portugais se trouve à la Bibliothèque Nationale de France sous le titre traduit de Grande edição popular das Viagens maravilhosasa os mundos conhecidos e desconhecidos. Júlio Verne. La traduction, élaborée par D. Corazzi, « Companhia Nacional Editora », à Lisbonne, inclut la traduction du roman Mistress Branican qui venait de paraître en France. Autre particularité : le nom que Hetzel a donné à la collection dans la préface du Capitaine Hatteras (postérieurement Voyages extraordinaires) est conservé.

11Dans le tableau ci-joint nous avons réuni les informations que nous avons pu recueillir jusqu’à maintenant. Signalons que nous avons réussi à trouver la deuxième, la troisième et même la quatrième édition de certaines traductions sans pouvoir accéder aux premières éditions de quelques-unes de ces œuvres.

12La première traduction d’un roman de Jules Verne que nous avons catalogué est Cinq semaines en ballon, publié en France en 1863, dont la traduction Cinco semanas em balão, viagem através da Africa a paru au Portugal, à Lisbonne, traduite par Francisco Augusto Corrêa Barata, en 1886, chez les éditions David Corazzi. Il faut remarquer qu’il s’agit de la troisième édition, ni la première ni la deuxième édition n’ont pas été encore retrouvées.

13Le même phénomène se reproduit pour d’autres traductions de cette époque. C'est le cas des Voyages et aventures du capitaine Hatteras (1864 – 1865), Aventuras do Capitão Hatteras, traduit par Henrique de Macedo, en 1886, chez les éditions David Corazzi ; là encore, nous n’avons accédé qu’à la troisième édition. Pour Voyage au centre de la Terre (1864), Viagem ao centro da Terra, nous avons la référence de la deuxième édition publiée à Lisbonne par la maison d’édition Horas Romanticas, avec la date incomplète : « 18… » ; en ce qui concerne la troisième édition, nous avons consulté la traduction publiée en 1886, à Lisbonne, chez l’éditeur David Corazzi, sans référence à la première édition. Même situation pour De la Terre à la Lune (1865), Da terra à lua, viagem directa em 97 horas e 20 minutos, par Henrique de Macedo, chez la maison d’édition Horas Romanticas, à Lisbonne : nous avons trouvé la troisième édition, éditée en 1878, et la quatrième édition datée de 1886, chez David Corazzi. Encore une fois, aucune référence à la première édition ni, dans le cas de ce livre, à la deuxième édition.

14La liste des éditions incomplètes est longue : Les Enfants du Capitaine Grant (1865 – 1867), Os Filhos do Capitão Grant, troisième édition de la traduction paru en 1886 ; Vingt mille lieues sous les mers (1869 – 1870), Vinte mil léguas submarinas ; O Homem das águas – 1ª parte et O Fundo do Mar – 2ª parte, deuxième édition parue en 1887 ; Autour de la Lune (1869), À roda da lua, quatrième édition en 1886 ; Une Ville flottante (1870), Uma cidade fluctuante, deuxième édition datée de 1887 ; Aventures de trois Russes et de trois Anglais (1871 – 1872), Aventuras de tres Russos e tres Inglezes, référence à la troisième édition datée de 1886 ; Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1872 – 1873), A Volta do mundo em oitenta dias, avec l’indication de la troisième édition en 1886 et la quatrième édition en 1905, au début du xxe siècle.

15C’est seulement à partir de 1877, avec la traduction du Pays des fourrures (1872 – 1873), O paiz das pelles, dont l’action se passe au-delà du cercle polaire, dans le grand nord canadien, que nous avons réussi à trouver la première édition d'une traduction. La traduction datée de 1877 a été faite par Marianno Cyrillo de Carvalho et a été éditée à Lisbonne chez « Horas Romanticas » en deux volumes : O eclipse, le premier, et A Ilha errante, le second.

16À partir de cette date, d'autres traductions apparaissent : Le Chancellor (1874 – 1875), A Galera Chancellor traduite par Marianno Cyrillo de Carvalho, en 1875, pour la première édition, 1878 pour la deuxième édition et 1888 pour la troisième édition ; Michel Strogoff (1876), Michel Strogoff, 1877 et 1887, première et seconde édition, respectivement ; Hector Servadac (1877), avec le titre en portugais Heitor Servadac, viagens e aventuras atravez do mundo solar, en 1878 et en 1888, première et seconde édition ; Un Capitaine de quinze ans (1878), Um heroe de quinze annos, 1878 et 1888. La liste est longue, comme le montre le tableau ci-joint.

17Cependant, notre liste s’arrête en 1895 avec Le Château des Carpathes publié en France en 1892, et traduit en portugais en 1895, sous le titre O Castelo dos Cárpatos. Soulignons que le résultat de nos recherches ne va pas au-delà de cette date en ce qui concerne la traduction des œuvres de Jules Verne au Portugal, au xixe siècle. Ce fait nous semble curieux puisque, comme nous avons eu l'occasion de le constater, la plupart des traductions des romans de Jules Verne sortaient en librairie très peu de temps après la parution de leur original français, voire la même année.

18C’est le cas par exemple d'Un Capitaine de quinze ans ou Um heroe de quinze anos, 1878 ; Kéraban-le-têtu, Kéraban-o-cabeçudo, en 1883 ; L’Étoile du Sud, Estrella do Sul, en 1884 ; Mistress Branican, A Mulher do Capitão Branican, 1891, entre autres. Eventuellement, la traduction arrivait l’année suivante. C'est le cas de La Maison à vapeur. Voyage à travers l’Inde septentrionale, publié en 1879 en France ; la traduction, A Casa a vapor, est de 1880 ; L’École des Robinsons est publié en 1882 et sa traduction, A Escola dos Robinsons est datée de 1883 ; les mêmes dates pour Le Rayon vert ou O Raio verde, entre beaucoup d’autres exemples qui figurent dans le tableau ci-joint.

19D’autres traductions, mais en plus petit nombre, paraissent quatre ans après la publication de l’original : c’est le cas de Un billet de loterie, O Bilhete de loteria, Robur-le-Conquérant, Robur-o-conquistador, tous deux publiés en 1886, et dont les premières éditions des respectives traductions ne sont publiés que quatre ans plus tard, en 1890. D’autres traductions surgissent deux ou trois ans après la publication du livre en France : paru en 1887, Le Chemin de France, ou O Caminho da França, arrive au Portugal en 1890 ; de même pour Deux ans de vacances publié en 1888 et dont la traduction Dois annos de ferias est de 1890.

III Les traducteurs

20Contrairement à ce qui se passe dans les autres pays, les traducteurs portugais sont très nombreux.

21Après Mariano Cyrillo de Carvalho, professeur, journaliste et politique (1836-1905), qui est considéré comme le premier traducteur des œuvres de Jules Verne en langue portugaise, nous nous contenterons de nommer ici à Francisco Augusto Corrêa Barata, Henrique de Macedo, A. M. da Cunha e Sá, Gaspar Gomes de Avellar, Francisco Gomes Moniz, Pedro Guilherme dos Santos Diniz, Xavier da Cunha, Pedro Vidoeira, Manuel Maria de Mendonça Balsemão, Assis de Carvalho, Pompeu Garrido, V. Almeida d’Eça, Urbano de Castro, Christovam Ayres, João Maria Jalles, J. Fernandes Costa, Augusto Fuschini, Lino d’Assumpção, Silva Pinto, Salomão Saraga, Pedro Vidoire, Henrique Lopes de Mendonça, Higino Mendonça, Napoleão Toscano, Annibal d’Azevedo. Tous ces traducteurs feront l’objet d’une prochaine recherche.

22Leurs traductions ont été réunies dans Grande edição popular das Viagens maravilhosas aos mundos conhecidos e desconhecidos.

IV. Les maisons d’éditions

23En ce qui concerne la publication des traductions des œuvres de Jules Verne au xixe nous avons trouvé trois maisons d’édition : Horas Romanticas, David Corazzi et Companhia Nacional Editora.

24Dans la Bibliothèque Nationale du Portugal, nous avons répertorié deux maisons d’édition distinctes surtout pour les traductions publiées pendant les années 80 et 90 : Horas Romanticas et David Corazzi. C’est le cas de la première édition de la traduction d'A escola dos Robinsons, parue à Lisbonne en 1883 publiée par l’éditeur « Horas Romanticas » ; en 1889, la deuxième édition de ce même roman d’aventures est assurée par l’éditeur David Corazzi.

25Cependant, nous avons constaté que certaines publications portent les noms des deux éditeurs. Par exemple, la troisième édition de Da terra à lua, viagem directa em 97 horas e 20 minutos, parue en 1878, présente dans la fiche technique du livre l’indication « Empresa Horas Romanticas (D. Corazzi) », cette fois entre parenthèses ; de même pour Le Rayon vert/O raio verde : dez horas de caçada, dont la traduction date de 1883. À ce moment de notre recherche, nous estimons qu’il s’agit de la même maison d’édition.

26À partir de 1890, une troisième maison d’édition apparaît : Companhia Nacional Editora, qui a édité, par exemple, O Bilhete de loteria, en 1890. Soulignons que la première édition a été publiée par « Horas Romanticas » en 1886. D’après nos recherches, nous avons pu remarquer que la « Companhia Nacional Editora » a été le successeur de D. Corazzi, à partir de 1890.

27Il convient de continuer les recherches pour savoir s'il y a eu fusion entre les deux éditeurs mentionnés plus haut, si l'un a repris le fonds de commerce de l'autre. Nous essayerons également d'établir s’il y a eu des contrats entre Hetzel, l’éditeur à succès des Voyages extraordinaires, et les maisons d’édition portugaises.

28Cette première approche à la traduction des Voyages extraordinaires est le point de départ de futures recherches bien plus approfondies. Ce débarquement initial dans la production vernienne nous a permis de constater que le travail qui nous reste à faire est immense et que l’importance de la traduction des romans verniens fournira de nombreux renseignements sur l’acceptation et le succès que Jules Verne a eu au Portugal au xixe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Dehs, Volker (2012). « Compléments bibliographiques à propos de quelques publications de "Jules" et Michel Verne », Bulletin de la Société Jules Verne, n° 181, pp. 26-32.

Gourévitch, J.-P. (2005). Hetzel. Le bon génie des livres. Paris : Éditions du Rocher/Le Serpent à Plumes.

Margot, Jean-Michel (2004). Jules Verne en son Temps. Vu par ses contemporains francophones (1863-1905). Cahier Jules Verne, II. Amiens : Encrage.

Paumier, J.-Y. (2008). Jules Verne. Voyageur Extraordinaire. À la découverte des mondes connus et inconnus. Paris : Editions Glénat. La Société de Géographie.

Verne, Júlio (1886-1892). Grande edição popular das Viagens maravilhosas aos mundos conhecidos e desconhecidos, tradução de D. Corazzi. Lisboa : Companhia Nacional Editora.

Tettamanzi, R. (2004). Les écrivains français et le Brésil. La construction d'un imaginaire de La Jangada à Tristes Tropiques. Paris : Recherches Amériques Latines, L'Harmattan.

Haut de page

Annexe

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (1)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (1)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (2)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (2)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (3)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (3)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (4)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (4)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (5)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (5)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (6)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (6)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (7)

Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (7)
Haut de page

Notes

1 Entretien entre Marie A. Belloc et Jules Verne paru dans The Strand Magazine, vol. ix, en février 1895.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (1)
URL http://carnets.revues.org/docannexe/image/2074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (2)
URL http://carnets.revues.org/docannexe/image/2074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (3)
URL http://carnets.revues.org/docannexe/image/2074/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (4)
URL http://carnets.revues.org/docannexe/image/2074/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (5)
URL http://carnets.revues.org/docannexe/image/2074/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (6)
URL http://carnets.revues.org/docannexe/image/2074/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Impact de l'œuvre de Jules Verne au Portugal pendant le XIXe siècle (7)
URL http://carnets.revues.org/docannexe/image/2074/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Isabel Moniz et María-Pilar Tresaco, « Traductions portugaises des Voyages extraordinaires de Jules Verne (1863-1905) », Carnets [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://carnets.revues.org/2074 ; DOI : 10.4000/carnets.2074

Haut de page

Auteurs

Ana Isabel Moniz

Un. de Madère/CEC- FLUL
anamoniz[at]uma.pt

María-Pilar Tresaco

Un. de Saragosse/T3AxEL
ptresaco[at]unizar.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Carnets est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons - Atribution – Pas d’utilisation commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo APEF – Association portugaise d’études françaises
  • Revues.org